Evenement le 18/04/2019

Catégorie : ConférencesDébatsEvénements

Lieu : Montpellier

2è acte de notre réflexion sur le vieillissement : comment éviter la relégation sociale des personnes âgées en perte d’autonomie? Avec un philosophe, des acteurs du soin et un artiste


« Nous sommes tous les vieux de quelqu’un » mais à quel âge est-on vieux ?

De quoi parle-t-on lorsqu’on utilise le terme de vieillissement ?  D’un simple processus d’évolution ou d’un déclin biologique et cognitif qui se traduit par des pertes – perte de vigueur, perte de mémoire, perte d’amis ou de relations sociales ?

Si ce déclin est inéluctable, la relégation sociale des personnes âgées « en perte d’autonomie »   l’est-elle tout autant ?

Le grand âge met à rude épreuve sur le plan physiologique et psycho-affectif. Ne peut-on, en tissant des liens par la parole, l’écoute, le regard, le toucher, aider nos aînés devenus vulnérables à réaménager leur monde intime pour créer du sens et garder le goût de vivre ? Quelles initiatives sont mises en œuvre, ici et là dans les établissements d’accueil, pour atténuer le sentiment de décalage social et relationnel, pour compenser l’altération des capacités fonctionnelles ?

Car ce sont les interactions avec l’environnement qui stimulent ou ralentissent les performances et les compétences. Comme les représentations socio-culturelles déterminent la manière de mobiliser les âgés, de les sécuriser ou de les abandonner –hors-jeu, dans l’antichambre de la mort.

Une petite fille qui naît aujourd’hui deviendra probablement centenaire. Pour bien traiter les aînés, faut-il attendre qu’elle soit à leur place ?

Il est urgent de changer le regard des citoyens sur la phase ultime de la vie et, in fine, les comportements en favorisant le questionnement sur nos pratiques. Pour ce faire, l’équipe de l’Espace éthique Occitanie a convié un philosophe, des professionnels du soin et un artiste.